23/05/2024 / Ophélie Bleunven

La Sénégazelle : une aventure humaine et sportive

Tipps & Tricks

La Sénégazelle : une aventure humaine et sportive

Interview d'Ophélie Bleunven

La Sénégazelle est une course solidaire féminine qui allie à la fois le sport et l'humanitaire. L'objectif de ce projet est de soutenir les écoliers dans les villages reculés du Sénégal en leur apportant notamment des fournitures scolaires. La photographe Ophélie Bleunven a suivi ces femmes tout au long de leur aventure afin de documenter et d'immortaliser cet émouvant voyage solidaire. C'est équipée de trois objectifs Tamron qu'elle s'est lancée dans cette mission.

Bonjour Ophélie, peux-tu nous présenter la genèse de ce projet ?

Bonjour Ophélie, peux-tu nous présenter la genèse de ce projet ?

En tant que photographe de voyage et d'expédition, j'ai eu l'opportunité de travailler sur divers projets, notamment dans le domaine du trail en France et en Suisse avec PhotosSports. Cependant, cette fois-ci, mon voyage m'a conduite au Sénégal, plus précisément dans la région pittoresque du delta du Sine Saloum, située à environ 200 km au sud de Dakar.

Ma mission était particulièrement inspirante : suivre deux groupes composés d'environ 80 femmes, toutes réunies dans un seul but : améliorer les conditions scolaires de milliers d'enfants. C'est dans ce contexte que j'ai eu l'opportunité incroyable de capturer en images le parcours de ces femmes extraordinaires, leurs émotions, leurs défis et leurs victoires. Ce reportage représente pour moi une fusion unique entre ma passion pour la photographie et mon engagement envers des causes humanitaires qui me tiennent à cœur.

Un reportage si intense nécessite de couvrir une large plage focale. Quels objectifs as-tu choisi pour ne rien rater de cette aventure ?

Un reportage si intense nécessite de couvrir une large plage focale. Quels objectifs as-tu choisi pour ne rien rater de cette aventure ?

L'aventure photographique que j'ai vécue lors de la Sénégazelle est véritablement unique et pleine de moments inoubliables. Chaque année, cette course solidaire féminine réunit quatre groupes de 80 femmes, toutes animées par une même volonté d'améliorer les conditions scolaires des enfants au Sénégal.

Dans cette aventure, les émotions sont intenses et variées, allant de la détermination au dépassement de soi, en passant par la solidarité et la joie de la victoire. Mon rôle en tant que photographe était de capturer ces instants magiques et de les immortaliser à travers mon objectif.

Pour répondre à toutes les exigences de ce voyage, j'ai soigneusement sélectionné trois objectifs Tamron qui m'ont accompagnée tout au long de l'aventure. Mon Alpha 7III était équipé du 17-50 mm pour capturer les scènes en grand angle, indispensable notamment dans les petites salles de classe où se déroulaient certaines activités. Le 35-150 mm, par sa polyvalence, était parfait pour suivre le rythme effréné de la course et saisir les moments forts en mouvement. Enfin, le 150-500 mm m'a permis de capturer la beauté de la nature environnante, qui fait également partie intégrante de cette expérience extraordinaire.

Chaque photo prise lors de cette aventure raconte une histoire, une émotion, un instant de vie. C'est un privilège et une immense satisfaction de pouvoir témoigner à travers mes images la force et la beauté de ces femmes engagées dans une cause qui dépasse les frontières et les différences.

Peux-tu nous en dire plus sur ton usage de ces trois objectifs Tamron ?

Peux-tu nous en dire plus sur ton usage de ces trois objectifs Tamron ?

J'ai choisi d'emporter ces objectifs Tamron avec moi pour plusieurs raisons. Tout d'abord, la diversité des situations auxquelles j'allais être confrontée pendant cette aventure nécessitait une approche polyvalente en termes d'équipement photographique.

Le 17-50mm F/4 Di III VXD était essentiel pour saisir les scènes en grand angle, notamment dans les petites salles de l’école où se déroulaient les rencontres, et la fameuse “photo de classe”. En permettant de capturer un champ plus large, il m'a permis d'immortaliser l'atmosphère de ces moments d'échange entre les Gazelles et les enfants bénéficiaires du projet.

Le 35-150mm F/2-2.8 Di III VXD s'est révélé être un choix judicieux pour suivre le rythme effréné de la course et saisir les moments forts en mouvement. Sa polyvalence m'a offert la flexibilité nécessaire pour passer d'un plan rapproché capturant l'effort intense des coureuses à un plan plus large capturant l'énergie collective de l'événement.

Enfin, le 150-500mm F/5-6.7 Di III VC VXD m'a permis d'explorer et de capturer la beauté de la nature environnante, qui fait également partie intégrante de cette expérience extraordinaire. En immortalisant les paysages variés du Sénégal, j'ai pu offrir aux spectatrices une vision complète de l'environnement dans lequel se déroulait cette aventure humaine et sportive.

En résumé, j'ai choisi ces objectifs Tamron pour leur polyvalence, leur qualité d'image et leur capacité à répondre aux exigences variées de cette mission photographique.

La photo de sport en extérieur nécessite une bonne connaissance de son matériel, quels ont été tes réglages et astuces pour capturer ces moments de course ?

La photo de sport en extérieur nécessite une bonne connaissance de son matériel, quels ont été tes réglages et astuces pour capturer ces moments de course ?

Pour capturer ces moments de course en extérieur, j'étais équipée principalement de l'objectif 35-150mm, le plus adapté pour ces types de photos. Cet objectif polyvalent m'a permis de m'adapter rapidement aux changements de distance et de composition, offrant une flexibilité précieuse lors de la capture des moments dynamiques de la course.

J’ai également mis en œuvre une série de réglages et techniques pour saisir au mieux ces instants. J'ai privilégié une vitesse d'obturation élevée pour figer le mouvement des coureuses, généralement autour de 1/1000s ou plus rapide, tout en maintenant des ouvertures moyennes à larges pour permettre une profondeur de champ suffisante. J'ai utilisé le mode de mise au point continu (AF-C) pour suivre les sujets en mouvement et j'ai souvent prévisualisé le trajet des coureuses en scooter avant les départs pour anticiper leur mouvement et ajuster ma mise au point en conséquence. En combinant ces réglages et techniques avec l'objectif 35-150mm, j'ai pu obtenir des images nettes et saisissantes qui retranscrivent fidèlement l'énergie et l’effort des filles.

Quelle est la photo de cette aventure dont tu es la plus fière ?

Quelle est la photo de cette aventure dont tu es la plus fière ?

La photo de cette aventure dont je suis la plus fière est celle d'une des femmes, qui serre contre elle une enfant. Cette image capture un moment d'une grande tendresse et d'une profonde connexion entre la coureuse et l'enfant, reflétant la solidarité et l'empathie qui caractérisent cet événement. Pendant deux semaines, j'ai suivi ces femmes lors de 10 jours de course, restant constamment derrière ma caméra pour capturer leurs émotions et leurs exploits. Cette photo particulière a été prise lors du dixième jour de course, symbolisant pour moi la fin de cette aventure intense. Dans le regard de cette petite fille, je perçois une gratitude profonde et un espoir pour l'avenir. Cette image résonne comme un message de remerciement pour le soutien apporté et une promesse de continuer à œuvrer ensemble pour un avenir meilleur. Elle incarne l'esprit de la Sénégazelle et me rappelle chaque jour l'importance de mon travail de photographe pour témoigner de ces moments de solidarité et de générosité.

Connaissant ton expérience en photo animalière, as-tu profité de ce périple pour photographier la faune Sénégalaise ?

Connaissant ton expérience en photo animalière, as-tu profité de ce périple pour photographier la faune Sénégalaise ?

Absolument ! C'est là que le 150-500mm est intervenu, surtout pour la photographie ornithologique. J'ai eu l'occasion de capturer une vingtaine d'espèces nouvelles pour moi, avec le plaisir de les identifier par la suite. Avec sa longue focale, il m'a permis d'approcher discrètement les oiseaux sans les perturber, capturant ainsi leurs comportements naturels dans leur habitat.

J'ai également saisi l'opportunité de photographier les animaux domestiques, tels que les zébus, les chèvres et les ânes, qui se déplacent en toute liberté dans la région.

En somme, la photographie avec le 150-500mm a été une véritable aventure au cœur de la faune sénégalaise, m'offrant des souvenirs inoubliables et des images captivantes à partager avec les Gazelles.

Que retiens-tu de cette formidable aventure ?

Dans l'objectif, je saisis l'essence même de la vie, chaque émotion, chaque instant est capturé avec passion et dévouement. En tant que photographe, mon voyage au Sénégal pour documenter la Sénégazelle a été bien plus qu'une simple mission photographique. C'était une immersion totale dans un monde de courage, de détermination et de solidarité.

À travers mes images, je capture les visages rayonnants d'enfants dans les villages reculés et les moments d'intensité lors de la course des participantes. Chaque cliché raconte l’histoire de la Sénégazelle, témoignant de la beauté et de la complexité de la condition humaine. Même des jours après mon retour, l'émotion de cette expérience intense résonne toujours en moi. Alors que je me plonge dans l'édition des images, je revis chaque instant puissant, ressentant à nouveau l'adrénaline de la course, la chaleur des sourires échangés et la joie des victoires remportées.

À travers mon travail, j'invite les autres à partager ces émotions, à se connecter avec le monde et à embrasser la beauté et la diversité qui nous entourent. Mon engagement envers la narration visuelle et mon désir de faire une différence dans le monde font de moi bien plus qu'une photographe, mais une conteuse d'histoires visuelles, capturant l'essence même de la vie que nous nous devons d’apprécier et chérir.

A propos de l'auteur : Ophélie Bleunven

Mon parcours de photographe, est simple, j'ai écouté mon coeur, j'ai suivi mon instinct, et je me suis retrouvée exactement là où je voulais être, c'est-à-dire, au plus près de la faune sauvage. Pour tout vous dire, la photographie n'est qu'un prétexte pour vivre mes rêves de nature, ma caméra, et, je pense, mon oeil face à la splendeur de notre monde, m'ouvrent tant de portes qui me font constamment voyager vers de nouvelles rencontres animalières. Je pense qu'un chemin comme celui-ci s'écrit avant tout grâce à une histoire personnelle, je n'ai pas beaucoup de souvenirs de mon enfance, mais je peux vous partager quelques images heureuses, comme ces belles promenades forestières avec grand-père, lui, toujours à la recherche de champignons, et moi, toujours à la recherche d'une biche ou d'un simple escargot. Je peux aussi vous parler de mes projets de construction de cabanes, seule avec le bruit du vent dans les branches, mais également vous parler d'une scolarité peu glorieuse,qui cependant pouvait impressionner lorsqu'il s'agissait de faire un exposé sur le tigre du Bengale. J'ai grandi, et je me suis laissé enfermer inconsciemment chaque jour un peu plus dans une vie bien différente de mes rêves de gamine, et je me suis retrouvée comme un tigre en cage, dans la jungle de béton parisienne. Après seulement six mois dans les bureaux chics de la capitale, j'entendis parler d'un voyage, l'Antarctique, l'idée me plût, un grand voyage au bout du monde avec pour compagnon, une simple caméra, un rêve seulement destiné aux "photographes". Cette idée ne m'a jamais quitté. Je devais apprendre les langues du monde, je devais surtout apprendre le langage d'une caméra, ma porte d'entrée vers le monde. Ni une, ni deux, me voilà partie en Angleterre avec mon premier boîtier, j'en ai fait le tour, du boîtier, et aussi du Royaume-Uni. Puis vient l'Asie, sous la chaleur humide de cette Inde Transgangétique, j'ai appris à prendre soin d'une caméra, j'ai surtout appris à faire mes premières images. Et grâce à ces photos, j'ai pu réaliser mes premiers reportages, Europe, Afrique, Amérique centrale et Océanie.

Pour en savoir plus sur l'auteur, consultez le site :
Share this article:

Dans ce document, les produits Tamron sont mentionnés.

150-500mm F/5-6.7 Di III VC VXD

Modèle A057

Di III
Téléphoto
Sport, Paysage
17-50mm F/4 Di III VXD

Modèle A068S

Di III
nouveau
Standard
Voyages, Art, Personnes, Paysage
35-150mm F/2-2.8 Di III VXD

Modèle A058

Di III
nouveau
Standard
Voyages, Art, Personnes