Constitution de l'image (3) : distance et perspective

Partager cet article

Distance et perspective

Constitution de l'image

Dans les deux précédents articles de notre série « Constitution de l'image », nous avons traité le sujet suivant : le cadre du viseur et l'espace (vide) dans l'image. En guise de conclusion, cette partie sera alors un peu moins théorique. Dans cet article, nous voulons vous motiver à discuter intensément de deux aspects fondamentaux de la photographie : la distance de prise de vue et la perspective. Les deux aspects ont une grande influence sur l'effet de l'image mais sont négligés par bon nombre de photographes alors qu'ils constituent un moyen de composition.

Si vous photographiez une chose, il n'est pas rare que l’observateur réagisse émotionnellement à l’image en fonction de la distance par rapport au motif. Robert Capa (1913-1954), reporter photo et cofondateur de l'agence Magnum, l'a évoqué dans sa citation célèbre : « Tes photos ne sont pas assez bonnes parce que tu n'étais pas assez près. »

La proximité éveille les émotions

Il a absolument raison : si le photographe est trop éloigné, l’objet photographié est trop petit sur la photo. Même le motif le plus attrayant n'envoûtera personne s'il n'est pas rendu dans une taille adéquate sur la photo. D'autre part, un détail insignifiant peut soudainement éveiller de grandes émotions s'il est photographié en grand par le photographe.

Il existe deux façons d'obtenir une plus grande proximité :

  • Tout d'abord, vous pouvez agrandir le motif sur la photo en utilisant une plus grande distance focale sans devoir vous en approcher. C'est la variante « paresseuse » et aussi la plus mauvaise car vous laissez échapper des possibilités de composition insoupçonnées. En outre, l’angle de vision se réduit à cause des téléobjectifs : l'image perd apparemment en profondeur (tout paraît plus plat). Cet effet peut être contreproductif si vous voulez photographier une image chargée en émotions.

  • Deuxièmement, vous pouvez vous rapprocher physiquement de l'objet. D'un point de vue photographique, cette variante est définitivement la plus passionnante. En fait, le « zoomage avec les pieds » est imbattable lorsqu'il s'agit de progresser comme photographe. Plus vous êtes proche, plus vous êtes inévitablement en adéquation avec votre motif. Vous le voyez à partir d'un autre angle de vision et obtenez une nouvelle perspective au sens véritable du terme.


Zoom avec les pieds

Maintenant, vous êtes proche ! Laissez tout d'abord l'appareil photo de côté et exercez-vous au quotidien avec un petit cadre d'image (par ex. un cadre pour diapositive). Allez vers votre motif et essayez de composer une image attractive. Rapprochez le cadre de votre œil afin d'obtenir un effet grand angle et éloignez-vous afin de simuler le détail pictural étroit d'un téléobjectif. N'hésitez pas à prendre des poses inhabituelles, vous vous habituerez bientôt aux regards bizarres des autres personnes.

À cet égard, concentrez-vous sur « le regard que vous portez sur le motif ». C'est absolument essentiel car il n'y a que de cette manière que vous pouvez exercer de manière ciblée votre œil « photographique ». Ce n'est que lorsque vous avez trouvé votre perspective, et par conséquent votre point de vue comme photographe, que vous portez l'appareil photo devant les yeux. L'objectif et la distance focale correspondante vous permettront de faire ressortir désormais le détail pictural souhaité.

Lancez-vous consciemment dans ce changement de perspective ! Vous serez surpris de constater le nombre de fois où vous obtiendrez une impression picturale inespérée et intéressante à travers une nouvelle perspective et un nouveau détail pictural.

Article similaire