L’usage du « clair-obscur » en photographie culinaire.

Partager cet article

L’usage du « clair-obscur » en photographie culinaire.

Nous connaissons tous les photos de studio parfaitement éclairées et peaufinées de laitues croquantes ou de tomates brillantes à destinations des publicités ou différents packagings. Mais la photographie culinaire voit naître depuis quelques temps une nouvelle tendance : des photos sombres aux effets de lumière saisissants et aux textures rustiques qui ont l’air réels. Plusieurs noms sont donnés à ce type de photographie : Clair-obscur, Mystic Light ou encore Chiaroscuro, un terme italien devant son origine à la peinture. Il se caractérise par un fort contraste clair-obscur, comme dans les tableaux de Caravaggio ou de Rembrandt, créant une ambiance extraordinaire et souvent dramatique.

Mais si ces photos semblent brutes et rustiques, ce sont rarement des clichés spontanés. Elles sont le résultat de choix particuliers au niveau des accessoires, du style culinaire, de l’organisation de la séance photo et du traitement d’image. Cet article vous éclaire sur ces choix.

Accessoires et arrière-plans

Le choix des accessoires comme les assiettes, serviettes ou couverts, est extrêmement important dans la photographie « clair-obscur ». L’objectif étant de rendre l’arrière-plan sombre et de concentrer toute l’attention sur le plat, nous sélectionnons des accessoires de couleur foncée et discrète. Souvent, l’œil est tout d’abord attiré par la zone la plus claire de l’image et celle-ci doit être le contenu du plat.

Ensuite, la vaisselle doit avoir l’air la plus authentique possible, pourquoi pas même un peu défraîchie. Pour cela, les marchés aux puces ou les sites d’enchères sont de véritables mines d’or. Les accessoires peuvent également offrir à l’œil d’intéressantes matières et jeux de lumière, comme un métal légèrement rouillé captant encore un peu de lumière.

Le bois patiné est aussi parfait comme arrière-plan, par exemple un vieux plateau de table. Avec un peu de dextérité, de lasure et une râpe à bois, on peut donner un aspect rustique même à un parquet neuf. Sinon, on peut choisir comme arrière-plan une grande plaque de cuisson ancienne un peu piquée par la rouille, dont la teinte métallique bleuâtre peut contraster avec des plats aux tons chauds.

Stylisme culinaire

Avec ce style de photographie culinaire nous ne cherchons pas à donner une apparence artificielle aux plats. L’objectif est plutôt de donner envie de s’asseoir à table et se servir, grâce à des effets de réel. C’est exactement ce que nous faisons dans la phase de préparation : se servir d’effets de réel. Des miettes dispersées sur la table, des serviettes froissées, des couverts utilisés et des plats à moitié entamés donnent vie à la scène. Mais il ne faut pas exagérer, sinon cela risque d’être rebutant. On cherche donc « un désordre maîtrisé ».

Équipement et composition

En photographie culinaire, il est généralement recommandé de travailler avec un trépied. Par faible luminosité, on conseille de ne pas monter en ISO, ce qui pourrait engendrer du bruit, mais plutôt d’augmenter le temps de pose. Pour des durées d’exposition très longues, un déclencheur à distance ou un retardateur intégré à l’appareil photo est utile afin d’éviter un flou de bougé au moment de la prise de vue. Une mise au point manuelle sert aussi à obtenir une zone parfaitement nette exactement à l’endroit souhaité – on peut s’offrir ce luxe avec la nourriture qui est un sujet figé.

L’objectif le plus adapté aux photos culinaires est le Tamron SP 90mm F/2.8 Di VC USD MACRO. Son rapport de grossissement 1:1 est idéal et il est d’une netteté remarquable. De plus son ouverture F/2.8 offre de superbes effet de bokeh pour des plans rapprochés très réussis. La longueur focale de 90 mm permet de tout faire tenir dans le cadre même quand l’espace est restreint. L’ouverture maximale de F/2.8 offre donc un jeu intéressant avec la profondeur de champ, mais on conseille de diminuer l’ouverture d’un à deux crans pour obtenir une netteté optimale. Si on ne peut pas travailler avec un trépied, le stabilisateur d’image (VC) intégré sera très utile.

Sur notre scène, la composition photographique se résume à deux vieilles planches en bois qui ont été posées sur une boîte en polystyrène à hauteur de la lumière naturelle traversant la fenêtre à gauche. Leur disposition n’est pas parfaitement perpendiculaire à la lumière incidente, mais légèrement inclinée pour que la lumière vienne de côté et de derrière. Celle-ci traverse donc les matières, par exemple, les feuilles de salade, ce qui intensifie les couleurs. Pour avoir un effet « clair-obscur » on a retiré le rideau qui sert de boîte à lumière, car la lumière incidente peut ici être un peu plus importante. Ce qui nous amène au prochain point, la lumière…

Lumière

La lumière, le facteur le plus important de tous – pas de photos sans lumière. La lumière et son utilisation sont les clés fondamentales de la photographie « clair-obscur ». Dans la mesure du possible, on essaye de prendre des photos de nourriture uniquement avec la lumière naturelle. On a déjà parlé plus haut de l’angle d’incidence optimal de composition, c’est à dire oblique de derrière, ainsi que du choix d’une lumière un peu plus dure pour obtenir des photos « Dark & Moody » vivantes avec des contrastes clairs-obscurs.

Mais il s’agit avant tout de cibler l’utilisation de la lumière avec des réflecteurs et absorbeurs. En photo culinaire publicitaire, on essaie d’éviter le plus possible les zones d’ombre avec des réflecteurs – pas comme en « Chiaroscuro », où les ombres sont souhaitées. Dans ce cas, la composition photographique présentée ci-dessus n’est pas optimale, la lumière principale venant de gauche et la lumière accessoire de droite !

Pour comparer, exactement la même composition et le même positionnement de l’appareil photo, mais en remplaçant le réflecteur blanc à droite par un absorbeur de lumière en caoutchouc mousse noir. La photo gagne aussitôt en profondeur de champ et en ambiance !

Maintenant, on peut également utiliser un autre absorbeur de lumière sur le côté pour concentrer la lumière principale à gauche. Par contre, il faut faire attention à ne pas placer tous les aliments dans l’ombre, mais juste une partie de l’arrière-plan. On obtient cet effet en tirant et poussant l’absorbeur – il faut ici faire des tests jusqu’à ce que la lumière soit parfaite, car chaque composition est différente. Dans l’exemple ci-dessus, on voit maintenant très bien que la boîte de conserve et l’assiette sont également dans la zone d’ombre de l’arrière-plan, alors que le Bagel reçoit toujours de la lumière.

Il n’est pas nécessaire d’acheter tout un arsenal de réflecteurs pliables professionnels. Un morceau de polystyrène, caoutchouc, mousse ou carton solide peint en blanc ou en noir fait aussi très bien l’affaire.

Voici les trois variantes réunies dans un GIF animé :
image 1 avec un réflecteur blanc,
image 2 avec un absorbeur noir,
image 3 avec deux absorbeurs noirs:

Traitement d’image

Au moment du traitement d’image, il faut aussi adopter une approche différente de d’habitude pour obtenir l’effet « clair-obscur » escompté.

La règle générale veut que les photos soient toujours prises au format RAW pour laisser toutes les possibilités ouvertes lors du traitement d’image et pouvoir tirer le maximum des photos sans compromis qualitatif.

Pour les séances photos Mystic Light, on sous-expose légèrement les photos en vue de leur traitement ultérieur – sur les photos au format RAW, on peut toujours récupérer certains détails des zones d’ombre, si besoin est, mais il est impossible de corriger les zones blanches surexposées et « cramées ». De toute façon, on veut obtenir une ambiance sombre et ombragée dans notre arrière-plan.

Ce qui ne doit par contre pas être sombre et ombragé, c’est la nourriture. La photographie « clair-obscur » est souvent comprise comme une simple sous-exposition chronique des photos. Mais nous voulons bel et bien un contraste clair-obscur, les aliments doivent être appétissants et non pas donner le sentiment d’avoir passé les 40 dernières années dans l’assiette !

C’est pourquoi on préfère travailler de manière sélective avec un pinceau correcteur sur Lightroom : les valeurs d’exposition et, si besoin est, pourquoi pas même de saturation et de teinte sont un peu augmentées et nous « peignons » alors de la lumière sur nos aliments. Cette « peinture lumineuse » nous permet d’obtenir des effets d’exposition qui mettent parfaitement en valeur la nourriture.

Ceux qui ne reculent pas devant un travail de traitement d’image un peu plus poussé, peuvent également essayer ce qui suit : le réglage des tons foncés/tons clairs, c’est-à-dire donner, de manière sélective, une couleur plutôt bleue froide aux tons foncés et jaune chaude aux tons clairs. On obtient ainsi un arrière-plan sombre sans toucher à la couleur, ni à la chaleur de la nourriture plus claire, tout en renforçant le contraste.

En traitement d’image, le mot d’ordre reste comme partout ailleurs : « ne pas trop en faire ». La nourriture doit rester liée à son environnement et ne doit pas sembler tombée du ciel !

Pour résumer, on devrait donc obtenir de beaux effets « clair-obscur » avec des accessoires rustiques, des aliments « vifs », une utilisation ciblée de la lumière et des ombres ainsi qu’un traitement d’image renforçant les contrastes.

Comme dans toutes les disciplines créatives, il n’y a pas vraiment de règles. Chacun a ses propres idées et plusieurs voies mènent souvent au même résultat. Mes conseils sont donc là pour vous inspirer, vous conduire à faire vos propres expériences photographiques et peut-être vous amener à redécouvrir la photographie culinaire, avec une approche Chiaroscuro !

À propos de l’auteur : Vera Wohlleben

Dans son blog « Nicest Things », Vera Wohlleben nous transmet de délicieuses recettes et de superbes idées de décoration pour l’intérieur. L’heidelbergeoise nous invite aussi régulièrement derrière les coulisses et décrit en détail comment elle réalise ses magnifiques photos. Notre conseil de lecture : http://translate.google.de/translate?hl=de&sl=de&tl=fr&u=http%3A%2F%2Fnicest-things-by-taika.blogspot.com%2F

Un peu plus sur l’auteur :

Article similaire